Le tandem, parce qu’à deux c’est encore mieux!

Le tandem ne sera jamais indémodable, car il n’a jamais été à la mode. Cela reste pour moi un paradoxe : pourquoi le tandem est-il si peu utilisé? Pourquoi semble-t-il réservé à une caste de connaisseurs qui ont d’ailleurs leur propre nom : les « tandemistes » (ce mot est à propos très moche et le correcteur orthographique veut me le faire remplacer par « taxidermiste », ce qui est encore plus moche)? C’est ce que nous allons voir!

Le tandem n’est pas accessible à tous

C’est faux. A partir du moment où l’on s’est mis d’accord sur les démarrages et arrêts, quitte à se donner quelques « codes vocaux » (pour éviter de disserter quand on souhaite juste s’arrêter de mouliner), le tandem est simple à rouler et accessible à tous. Évidemment, il faut un petit temps d’adaptation pour se faire au gabarit et au poids du bolide mais cela vient assez vite. De plus, c’est une formidable façon de faire du vélo « ensemble » et pouvoir discuter sans devoir rouler à deux de front (j’en reparle un peu loin).

Par contre, en terme d’accessibilité « financière », il est vrai que le tandem n’est hélas pas vraiment bon marché car spécifique et peu usité. Peu de demandes donc peu d’offres donc des vélos peu abordables et donc peu de demandes (bref vous avez compris!). C’est pour cette raison qu’il faut chiner un peu et trouver le tandem de son choix!

Le tandem ou le « rouler ensemble »

Pédaler n’est pas une passion pour tout le monde. Qui n’a jamais expérimenté une sortie vélo avec une grosse différence de niveau entre cyclistes? C’est souvent galère pour tout le monde : celui qui va trop vite attend et s’impatiente, celui qui va moins vite se met dans le rouge et s’épuise. Oh que oui, vous vous souvenez de ces moments!!! Ces moments où personne ne se sent à sa place : comme un moment de solitude partagé!

C’est là qu’arrive le tandem : quel plaisir de pouvoir partager quelques kilomètres sans problème de niveau. Au contraire, celui qui pédale fort va « se fatiguer » plus pour faire avancer le duo, l’autre va accompagner avec ses moyens et ce sera satisfaisant pour tout le monde! Si jamais les 2 « tandemistes » (vu qu’il faut les appeler comme cela :P) turbinent de la même façon, alors là attention les yeux parce que la puissance dégagée va décoller le bitume (sur du plat ou faux plat, je précise).

Autre facette du tandem : pouvoir donner l’accès au vélo à des personnes malvoyantes. Cette façon de faire du vélo permet vraiment de partager un bon moment de sport, sans différence. De toute façon, même les « valides » vous le diront : à l’arrière, à part voir les fesses du pilote, y’a pas grand chose à voir. C’est une blague!

A noter : à Clermont-Ferrand, l’association AVH organise des sorties tandem toute l’année. Les deux-roues biplaces sont même prêtés par l’association : aucune excuse pour ne pas participer!

Le tandem pour voyager

Attention convoi exceptionnel! Voyager en tandem est tout à fait possible, il faut simplement avoir deux principes de base en tête.

Le premier concerne le transport : il est compliqué de transporter un tandem, que ce soit en train ou en voiture. Pour info, les tandem sont en théorie interdits dans les trains, nous avons d’ailleurs déjà eu de fâcheuses mésaventures… Donc, à moins d’avoir une camionnette spacieuse ou d’avoir construit sa remorque sur-mesure (il n’existe que très très peu de modèles de porte-tandem), il sera délicat d’amener son tandem quelque part. J’ai dit délicat, pas impossible : on peut toujours trouver un plan B comme prendre des trains régionaux aux heures de faibles affluences (et faire comme si de rien n’était, surtout ne pas attirer l’attention hihi!) ou se faire prêter une camionnette. Mais si on vivait cette contrainte comme une opportunité? Voyager à partir de chez soit, visiter et découvrir sa région lentement, n’est-ce pas une formidable occasion de profiter des vacances?

Le deuxième principe est le dénivelé : imaginez un tandem avec 2 personnes dessus (normal!) et tout le chargement nécessaire… la masse totale de l’engin sera un réel fardeau pour gravir des cols et pourra s’avérer assez dangereux dans les grandes descentes. Sur notre tandem, même avec des freins hydrauliques et des disques assez énormes, on a pu se faire quelques frayeurs en descente! Sachant cela, il faudra prévoir un itinéraire relativement plat ou bosselé mais pas oser des grands massifs montagneux.

Plus de tandem sur les routes!

Faire une virée à deux, tous les deux sur le chemin… C’est l’heure de la conclusion les amis lecteurs-rouleurs.

Le tandem est un engin assez méconnu qui nécessite un court temps d’adaptation mais qui s’avère extrêmement plaisant pour partager un moment cycliste avec quelqu’un(e). A deux vélos, il peut être risqué de rouler à deux de front, le vent et les différents obstacles ajoutent des péripéties dans la discussion. En tandem, on piaille, on rigole, on avance et on galère (parfois) ensemble! Si vous voulez essayer, de nombreux loueurs proposent des tandem (c’est ce que nous avons fait au début). Vous pouvez également devenir pilote de tandem dans le cadre de sorties organisées pour des personnes malvoyantes (comme expliqué plus haut). Bref, il faut plus de tandem sur les routes!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s